Audiovisuel

Version imprimable de cet article Version imprimable  

La place de la musique dans le paysage audiovisuel gratuit

Deux ans et demi après l’arrivée de la TNT, le CSA a publié mi février 2009 un rapport sur l’apport "globalement positif" de ces nouvelles chaînes en faveur de la diffusion de la musique à la télévision.

Ce rapport porte sur "la place de la musique dans le paysage audiovisuel gratuit entre 2005 et 2007 et notamment l’apport de la TNT en matière de contenus musicaux". L’étude ne concerne que les chaînes gratuites, essentiellement les spécialisées (W9, Virgin 17 et NRJ 12 et France 4) et ne prend donc pas en compte Canal +, MTV ou les 12 chaînes musicales payantes conventionnées par le CSA (M6 Music Hits, M6 Music Black, M6 Music Club, MCM, MCM Top, MCM Pop, Mezzo, Mizik Tropical, No Life, NRJ Hits, Télé Melody, Trace TV).

Plusieurs enseignements sont à relever. Globalement, la tendance est favorable à la diffusion musicale : "L’arrivée dans le paysage audiovisuel gratuit de deux chaînes majoritairement musicales (W9 et Virgin 17), de la chaîne publique dédiée à la culture (France 4) et d’une chaîne consacrée au divertissement (NRJ 12) a largement favorisé la présence de la musique dans l’offre disponible en clair".

Quelques extraits :

Virgin 17
Parmi les chaînes musicales de la TNT, Virgin 17 doit consacrer annuellement au moins 75% de son temps d’antenne à des programmes musicaux et au moins la moitié de ce temps à des vidéomusiques. La chaîne s’est engagée à proposer une programmation musicale diversifiée et au moins 52 programmes de spectacles vivants. Elle a également souscrit à un certain nombre d’engagements dans sa convention pour garantir la diversité musicale, la musique interprétée d’expression française, la représentation des jeunes talents, notamment aux heures de forte audience où la présence de la musique doit être renforcée.

W9
La programmation de W9 est majoritairement consacrée à la musique. W9 doit notamment développer la présence d’émissions musicales diversifiées ouvertes aux différents genres musicaux et diffuser au moins 52 programmes de spectacles vivants par an. W9 doit également développer la présence de la musique aux heures de forte audience, "en veillant notamment à programmer une émission régulière consacrée aux nouveaux talents".

NRJ 12
NRJ 12 doit, conformément au format défini dans sa convention, consacrer une part majoritaire de sa programmation aux divertissements, parmi lesquels figurent les vidéomusiques. A cet égard, au terme de l’article 3-1-1 de sa convention, NRJ 12 doit consacrer "au moins 20 % de sa programmation de vidéomusiques d’expression française à  de nouveaux talents ou à de nouvelles productions".

France 4
Enfin, France 4 doit proposer au moins 4 heures de programme musical par mois, et 50 spectacles vivants par an. La chaîne doit en outre accorder une place majoritaire à la chanson d’expression francophone.

La révision des obligations musicales de M6
Avant le lancement de la TNT, M6 était la chaîne nationale gratuite dont la convention était la plus contraignante en matière de diffusion musicale puisqu’elle devait consacrer jusqu’en 2007 au moins 30% de sa programmation annuelle à des émissions musicales. Compte tenu de l’accroissement de l’offre musicale gratuite au sein du paysage audiovisuel français, le Conseil a considéré que la demande de M6 du 12 juin 2007, tendant au réexamen de ses obligations de diffusion et de production musicales, semblait légitime. En raison des obligations musicales figurant dans sa convention, et malgré une diminution de celles-ci à compter de 2008, M6 demeure et de loin la chaîne historique proposant l’offre musicale la plus importante

Plus de musique avec la TNT
Si l’on raisonne en termes de pourcentage, la musique se présente comme le genre de programmes qui a connu le taux de progression le plus important avec l’arrivée des nouvelles chaînes de la TNT, puisque son offre a ainsi bénéficié d’une augmentation de 377%.
Si l’on raisonne en volume horaire, sur les seules chaînes hertziennes analogiques représentaient en 2005 9,6% du temps total de diffusion les programmes musicaux, avec 3 884 heures. 70% de cette offre musicale disponible en clair provenaient de la seule diffusion de musique sur M6. Au sein de l’offre gratuite de programmes disponible en 2007, 18 530 heures sont constituées de programmes musicaux, soit 14 650 heures supplémentaires par rapport à l’offre des chaînes hertziennes analogiques diffusée en 2005. Entre 2005 (sur le réseau hertzien analogique) et 2007, l’offre musicale gratuite a été ainsi multipliée par cinq.

99% de l’augmentation du volume de la musique est imputable aux nouvelles chaînes de la TNT, qui ont diffusé 14 527 heures de programmes musicaux en 2007. Près d’un quart des programmes proposés par les nouvelles chaînes de la TNT, hors chaînes d’information, sont musicaux (22%). Avec l’arrivée de deux chaînes musicales et la présence de contenus musicaux sur certaines chaînes à composante musicale, 78,3% de la musique est désormais diffusée sur la TNT contre 21,7% sur les chaînes hertziennes analogiques.
Cependant, le volume de musique n’a pas diminué sur les chaînes historiques L’arrivée de nouvelles chaînes sur la TNT, et notamment musicales, n’a pas fait baisser le volume de musique sur les chaînes hertziennes historiques.

Evolution par genres de programmes musicaux : une évolution d’abord profitable aux vidéomusiques et aux spectacles vivants musicaux
- Les vidéomusiques : un genre en nette progression mais qui manifeste des premiers signes de déclin.
- L’arrivée des chaînes de la TNT a permis une augmentation de 680% des vidéomusiques, Cependant, l’évolution de ce genre depuis le lancement de la TNT commence à  marquer un certain recul.
- Les concerts : une progression importante mais un genre musical qui reste secondaire. La catégorie des spectacles vivants musicaux est le deuxième genre qui progresse le plus parmi les programmes musicaux avec une augmentation de 369% de son volume.
- Les divertissements musicaux : un genre hétéroclite qui a fortement diminué dans la structure de l’offre musicale gratuite
- Les documentaires et magazines musicaux : un genre qui recule au sein de l’offre globale de musique. Ils progressent de 126% par rapport à 2005 mais leur part dans l’offre musicale gratuite régresse de près de 5 points.

Horaires et audiences
La filière musicale, en particulier le SNEP, déplore une mauvaise exposition des émissions musicales sur les chaînes gratuites. En réponse, les diffuseurs, arguent fréquemment des contre-performances d’audience liées aux programmes musicaux sur les tranches horaires de soirée.
On constate globalement une meilleure exposition de la musique sur la TNT aux heures de forte audience, notamment en première partie de soirée, malgré une faible présence de l’offre en avant-soirée. Les heures de forte audience de la musique sont ainsi entre 16h et minuit et les heures de grande écoute entre 18h et 23h.

Ainsi, bien que le rapport conclue à une tendance favorable pour la musique, les perspectives d’évolution de la musique à la télévision néanmoins liées à différents facteurs encore incertains, dont les impératifs d’audience et l’avènement prochain de la télévision mobile personnelle.

La mise en scène des discours et des représentations dans les clips de rap français

Dans le cadre de sa maîtrise en Sciences de l’Information et de la Communication à Paris III, Juliette Mesnil a étudié les clips de rap français et plus particulièrement leur mise en scène. Elle pose non seulement la question de la place du clip de rap français, mais aussi de sa composition et donc de la stratégie mise en place.


Résumé :

Avec le clip un projet communicationnel prend forme. La mise en scène comme langage et comme moyen d’expression vient appuyer l’appropriation et l’usage de la langue, les pratiques et les stratégies discursives développées par les rappeurs.

L’acte d’énonciation repose sur des mises en scène qui vont de paires avec la coordination d’un ensemble de procédés. L’utilisation de procédés apparemment techniques de la mise en scène des discours visuels et verbaux d’une poésie urbaine relève de choix et de manières de se construire des représentations des discours et identités. Ce sont en fait des systèmes de valeurs qui ne sont pas de simples choix techniques.

SOMMAIRE

Introduction

CHAPITRE I : DE LA MUSIQUE AUX IMAGES MUSICALES : LES CLIPS DE RAP FRANà ?AIS

II. L’émergence et l’usage des clips de rap sur les petits écrans

III. L’esthétique du clip (de rap français)

CHAPITRE II : LA MISE EN SCENE COMME MOYEN D’EXPRESSION

I. La mise en scène au cœur de la représentation … les représentations au cœur de la mise en scène

II. Les éléments de base de la mise en scène

CHAPITRE III : LES PROCEDES DE MISE EN SCENE DE L’ENONCIATION DANS LES CLIPS DE RAP FRANà ?AIS

I. Des lieux d’identification et de personnalisation du discours

II. Des lieux de développement de « l’imag-inaire » des représentations

CHAPITRE IV : AU CœUR DE LA FEINTISE, UNE RHETORIQUE DE L’AUTHENTICITE

I. De l’authenticité

II. Des stratégies orientées vers l’authentification de l’énonciation

III. Des déplacements problématiques

Conclusion

Retrouvez son mémoire de Master 2 : De l’usage des médias dans le rap.

Les exportations de programmes audiovisuels français, diagnostic et propositions

Ce rapport, réalisé en juillet 2005 par Eric Moniot à l’initiative du CNC, se propose de faire un bilan de l’export de programmes audiovisuels français, et dans un deuxième temps, d’avancer des améliorations pour développer ce marché.

SOMMAIRE

I/ DIAGNOSTIC

I1/ Le Marché

I2/ Avantages et handicaps de notre industrie de programmes à l’export

II/ AXES DE PROGRà ?S DE NOTRE PERFORMANCE À L’INTERNATIONAL

II1/ Agir sur l’offre de programmes

II2 Renforcer les entreprises

II3 Améliorer le dispositif public de soutien et de promotion

Étude sur les relations entre TF1 et Metropole Télévision et la production phonographique

Cette étude publiée par le CSA en mai 2003 a pour but de à ?« dresser un état des lieux de l’activité des filiales d’édition phonographique de TF1 et de M6 et de leur poids sur le marché du disque à ? ». Alerté à plusieurs reprises sur le problème de la diversité musicale en télévision, le CSA fait ainsi le point sur les conditions de la promotion des productions musicales de ces deux géants du réseau hertzien

CRD
Ouverture au public

- Pour la documentation : du lundi au mardi de 14h à 18h

- Pour le conseil : du lundi au mardi de 14h à 18h


Vous pouvez également nous contacter par mail

----

Pour améliorer votre recherche, l’Irma propose également une collection de fiches pratiques, et les réponses aux questions qui lui sont le plus souvent posées.

Le Centre de ressources de l’Irma propose la consultation gratuite de l’ensemble des ouvrages des éditions Irma et l’accès à de la documentation professionnelle et universitaire.. Situé au 22 rue Soleillet 75020 Paris, il est accessible du lundi au mardi de 14h à 18h.
Pour toutes demandes de documentation, contactez-nous.