Adami : collecte et répartition en hausse

Publié le mercredi 20 juin 2018

Droits voisins

La société de gestion collective des droits des artistes-interprètes enregistre en 2017 une nouvelle année de croissance des perceptions (+5%) et des répartitions (+17,5% pour les aides directes, +1,4% pour les aides indirectes). Cette progression est principalement tirée par la rémunération pour copie privée… et par d’importantes régularisations exceptionnelles.

Le montant record collecté par l’Adami en 2017 atteint 93,87M€, dont 45% sont issus de la rémunération pour copie privée (audiovisuelle et sonore) et 30% de la rémunération équitable (radios, TV, lieux sonorisés).

Pour autant, comme en 2016, cette croissance s’analyse avec prudence car "des paiements anticipés" ont été réglés en 2017 au titre de la copie privée. Sans tenir compte de ces 13,5M€ de régularisations exceptionnelles (14% du total), les perceptions de l’Adami auraient été en retrait d’environ 4%.

Détails des sources de perception

Rémunération pour copie privée : 55,96M€ (+13%)
La vente de smartphones est le premier poste de collecte (59%), suivie par la vente de tablettes (11%), de box internet (10%), de disques durs externes (8%) et de clés USB (6%).

Rémunération équitable : 27,99M€ (+1,76%)
Cette rémunération est alimentée par les lieux sonorisés (58%), les radios (25%), les discothèques (13%) et les télévisions (4%). Les recours des producteurs phonographiques pour contester la mise en oeuvre de la rémunération équitable aux webradios (prévue par la loi Création de juillet 2016) ayant été rejetés par le Conseil d’État, les sources en provenance de ce secteur devraient augmenter en 2018.

Droits exclusifs : 6,86M€ (-8,26%)
Les droits exclusifs sont principalement issus d’accords conclus avec les producteurs audiovisuels privés (81%) et avec la branche du cinéma (12%).

Droits internationaux : 3,06M€ (-37%)
Cette baisse s’explique en partie par la perception en 2016 des droits audiovisuels des années 2008 à 2012 auprès de la société suisse Swissperform.
En 2017, l’Adami a signé un 34e accord de représentation internationale (couvrant 23 pays) avec la société sud-coréenne FKMP.

Détails des sommes versées en répartition

Répartition individuelle directe : 60,03M€ répartis à plus de 73.000 artistes-interprètes (+17,5%)
Plus de 250.000 enregistrements sonores ont été ainsi valorisés par l’Adami en 2017.

Répartition indirecte (via l’action artistique) : 18,02M€ attribués (+1,4%)
15,54M€ ont notamment participé au financement de 1.353 projets, dont 60% sont des projets de spectacles vivants.

Plus d’infos sur les droits collectés par l’Adami en 2016


Nous suivre /asso.irma /IrmACTU