Bigwax, du vinyle au direct to fans

Publié le mercredi 6 décembre 2017

Starting Blocks

#Distribution #DirectToFans #disque

Squeezer prépare une nouvelle version de Bigwax, la boutique en ligne direct to fans pour les labels et les artistes. Spécialiste de la fabrication de vinyles et de l’export, son fondateur Grégory Pezard ambitionne aujourd’hui de développer la marque Bigwax en solution de distribution physique globale avec l’ouverture d’un magasin à Paris et son déploiement en réseau. Nous l’avons rencontré pour tout savoir du projet.

À mi-mois, on lève la tête du guidon et on s’intéresse à l’innovation. Starting Blocks c’est des entreprises, des activités innovantes, et celles et ceux qui les font ! Et tout ça, dans la musique !




Le disque a connu un nouveau rebond avec le retour du vinyle depuis quelques années dans les modes de consommation, soutenus par des opérations comme le Disquaire Day, petit frère du Record Store Day américain qui fêtait ses 10 ans en 2017. Ce mouvement a non seulement bénéficié aux structures impactées par la crise du disque mais a aussi permis à de nouvelles de s’insérer dans l’écosystème musical, comme Squeezer depuis 6 ans, apportant de nouvelles visions de la production à la distribution des supports musicaux.


L’expertise du vinyle


En 2009, Grégory travaille depuis 5 ans pour Topplers, distributeur à l’export pour des labels français et américains. « J’avais envie de monter une boîte d’édition, c’est comme ça que ça a commencé et Squeezer n’existerait pas sans cette étape », se souvient Grégory. Il crée les Éditions limitées Paris (LELP) et représente notamment les artistes Guillaume Fédou, Benjamin Diamond et Junesex. « Puis j’ai commencé à faire des fabs pour des labels sous cette entité ». Grégory est proche des labels, à l’écoute de leurs besoins de distribution, digitale pendant un temps avec IDOL et physique avec La Baleine, mais ce qui le passionne alors c’est la fabrication de vinyles. En janvier 2011, Grégory quitte Topplers et en juillet il crée Squeezer, séparant la fabrication des éditions musicales. « Si des clients te plantent sur la partie fab’, tu peux perdre ta boîte et tes contrats d’édition ». Il est ce que le milieu nomme un « broker », un apporteur d’affaires qui joue le rôle d’intermédiaire entre des labels et des usines de pressage. Après avoir travaillé un temps avec les principaux acteurs français, il traverse le Rhin en quête de fabrication idéale : « J’ai fait le choix de partir parce que je n’étais pas satisfait de la qualité et de la manière dont c’était géré, du coup je suis allé chez Optimal Media ».


Un partenaire vinyle « Optimal »


En mai 2012, Grégory se rend à Hambourg pour rencontrer les responsables d’Optimal Media. « J’ai commencé avec le pressage de C2C avec eux, le maxi « Down The Road », à 2000 exemplaires. C’était pas mal en 2012. J’avais une petite marge mais la qualité était bonne. Puis j’ai enchaîné avec Fauve et les volumes de pressage ont commencé à grossir rapidement ». Les relations se passent bien avec le presseur allemand, au fil du temps ils deviennent partenaires privilégiés. Squeezer gère toutes les commandes d’Optimal Media pour la France quelle que soit la taille de la commande depuis 2013. « On les représente sous notre nom et en étant complètement indépendant ». Puis les sorties s’enchaînent : « des références en appellent d’autres, c’est une attractivité naturelle ».

Quelques mois plus tard François Reboux rejoint Grégory pour collaborer en autoentrepreneur avant de devenir salarié de Squeezer. Il reprend le travail de relations avec les labels complétant ainsi leur réseau. Et pendant ce temps Grégory analyse, rationalise et optimise les process de la commande à la réception des disques. « On s’est beaucoup structuré, c’est mon travail en interne : on a des outils qui nous permettent d’encaisser beaucoup de commandes, un CRM qui nous facilite la vie : on peut te faire un devis en 2 minutes ». Formatage des process, créations de formulaires et autres templates leur permettent ainsi d’éviter les allers-retours par email et de fournir leurs disques en 4 semaines avec test-pressing. « Les meilleurs du marché en 2014-2015 », assure Grégory.

Bien qu’ils aient préparé des « tuto » et des « best practices », les entrepreneurs ne comptent par leur temps pour conseiller les labels, le métier est complexe et les savoirs experts. « Beaucoup ne connaissent pas la différence entre un « cutting » et un « DMM », la galvanoplastie, la commande sur un site, ce n’est pas l’expérience qu’on veut donner au client. On essaie de comprendre la demande, entre les différentes options et les quantités souhaitées. On le fait aussi parce que ça nous aide pour identifier des potentiels au-delà de la fab… ». Avec plus de 2 millions de galettes pressées, Squeezer a développé une expertise pointue d’ailleurs récompensée par le prix Alex Award 2017 lors de la conférence « Making Vinyl » à Détroit (catégorie « Best Overall Package » pour le « BLCK RCK » réalisé avec le studio Akatre).


Bigwax, les boutiques direct to fans


En 2014, Squeezer propose à Roche Musique de s’occuper de son shop en ligne, alors hébergé sur Bandcamp. « On avait la place, on pouvait s’occuper de cette gestion pour les labels, d’autant qu’ils étaient de plus en plus nombreux à se créer des shops en ligne ». Puis pour la sortie de « Soleil Dedans » d’Arthur H, ils se demandent pourquoi ils ne créeraient pas une boutique en ligne dédiée, leur prestataire technique leur avait déjà développé un module pour les téléchargements dans les offres bundle. « On avait 15 jours pour avoir une page avec un bouton Paypal, une gestion du stock… En 10 jours, il nous a livré une V1 de Bigwax hyper sommaire : une image, un descriptif, pas de player, un bouton Paypal et voilà ». C’était juste avant Noël et grâce à une promotion efficace sur ses réseaux sociaux, l’opération remporte un franc succès. « On gérait des comptes Bandcamp et ce compte Bigwax basique pour Arthur H, c’était compliqué alors on a réfléchi à un cahier des charges. On pouvait gérer les stocks mais aussi proposer une force de proposition marketing ». C’est ainsi qu’ils poussent la V2 de l’application un peu plus loin tout en restant en marque blanche : aucun design, les shops sur fond blanc, les plus neutres possibles pour laisser la place aux labels. A contrario, l’ingénierie de Bigwax muscle le back-office pour le marketing (bundle) et la logistique (gestion des entrepôts associée aux règles de shipping, géolocalisation,…). « Si demain j’ai un partenaire logistique sur chaque territoire, techniquement ça marchera ». Le tout en restant très souple pour les clients qui, pour 15% de commission, laissent Bigwax gérer de l’intégration au service après vente en passant par le stockage et l’emballage. Et Alice Cron, label manager à plein temps sur Bigwax, renforce enfin le lien entre les labels et leurs fans via une communication adaptée à chaque boutique.

Ces boutiques en ligne en marque blanche, les artistes et les labels peuvent se les approprier en les ajoutant sur leur site web et leurs comptes sociaux s’adressant ainsi directement à leurs fanbases pour leur proposer disques (CD, vinyles, DVD) et merchandising. C’est le fameux « direct to fans ». En même temps, toutes les boutiques sont publiées sur le site de Bigwax qui ressemble alors à un disquaire en ligne et chaque label/artiste à un rayon. Dans l’optique d’accroître la visibilité, le service a obtenu l’agrément Youtube qui permet d’ajouter des liens externes sur les vidéos et côtoie les Apple Music, Spotify et Deezer sur les pages Linkfire. Avec 30 boutiques (Cracki Records, Roche Musique, Antinote, Microqlima, Beatsqueeze Records ou encore Pain Surprises) et plus de 1000 produits référencés, Grégory est aujourd’hui obligé de freiner les signatures et de repenser la boutique principale en terme d’enseigne. Le distributeur sélectionne chaque demande selon le potentiel de la collaboration comme l’absence de distribution aux États-Unis où Bigwax réalise 65% de ses commandes ou simplement selon l’identité des projets qui contribuent ensemble à celle du catalogue Bigwax. Label Gum, Kitsuné Musique, ou encore Pan European Recording pourraient d’ailleurs bientôt les rejoindre, à l’instar du projet autoproduit rennais In Love With a Ghost dont personne ne parle en France mais dont 450 vinyles ont été précommandés en 2 semaines.


Une nouvelle marque de distribution physique globale


Spécialiste de la chaîne de production de vinyles, Squeezer ne se qualifie pas de startup, pourtant Grégory revendique la méthode lean pour construire et déployer ses activités. La V3 sortie en juin 2017 est plus affirmée en terme d’identité graphique et artistique. « On ne voulait pas ressembler à un Wordpress et notre affichage est meilleur sur mobile », explique Grégory qui pense qu’une grande partie de l’avenir de la commande passera par le smartphone. La V4 prévue pour 2018 devrait coïncider avec une transformation importante de Bigwax, tout d’abord par la création de la société et le recrutement d’une équipe technique. Annonçant les travaux informatiques à venir pour cette dernière, Grégory imagine déjà un « SAP » (Systems, Applications and Products for data processing ou progiciel de gestion intégré) pour à la fois connecter les activités entre elles, comprendre qui sont les clients, communiquer vers eux, rationaliser les activités en somme. « Le distributeur digital doit être un vrai outil de promo, le distributeur physique doit être un vrai outil logistique », pense Grégory. « Je suis prêt à prendre des risques et à investir pour refluidifier les process et changer certains codes de la distrib, en termes de prix, de qualités et de territoires où c’est parfois la jungle ». De même, il reste en veille sur les solutions qui faciliteraient la vie et le quotidien des labels comme la distribution digitale, le traitement des royautés et la production de merchandising à la demande, confiait l’entrepreneur. Il envisage aussi d’ouvrir un magasin à Paris où installer la marque et même de déployer Bigwax en réseau en rachetant un distributeur physique. « On a une vision et là on est en train de connecter de la fab, de la distrib, de la vente en ligne, du marketing. On progresse par étape : Squeezer pour la fab, Bigwax pour la distrib multiple : en ligne, en réseau et physique. Comme ça on pourra organiser des show cases ». Rendez-vous en 2018 !