Chronique de San Francisco, par Yvan Boudillet

Version imprimable de cet article Version imprimable  

Publié le dimanche 16 octobre 2016

Reportage

Après 11 années en maison de disques, Yvan Boudillet, expert en transformation digitale, et désormais consultant spécialisé dans l’écosystème des startups et le développement de passerelles entre industries créatives et innovation, s’est rendu à San Francisco, pour humer l’air de l’innovation, se décentrer. Récit de son aventure, faite de rencontres inspirantes, des projets plein la tête.


« Quand on m’a proposé de raconter ici mon périple à San Francisco, j’ai tout de suite pensé que l’Irma était une bonne plateforme pour partager cette expérience, sachant leur bienveillance pour les initiatives faisant le pont entre Innovation & Création. J’ai d’abord entrepris ce voyage pour aller au contact d’un écosystème innovant dont l’influence est remarquable dans mon métier mais aussi dans notre quotidien. J’allais y chercher une dose d’inspiration, un décalage pour mieux aborder la suite et surtout y rencontrer des entrepreneuses & des entrepreneurs. »
« Ma semaine allait démarrer à Cupertino pour y parler #API, #Curation et #MusichTech, pour se conclure à Oakland au concert de Black Sabbath… Un signe ? » »

Ces quelques jours intenses furent marqués par une série de rencontres et d’échanges autour de projets & profils inspirants dont voici un aperçu non exhaustif :
- un service de radios personnalisées pour les marques,
- une startup qui développe une enceinte connectée associant design & services innovants,
- un service de Curation que j’utilise tous les jours pour ma veille,
- une agence de publicité innovante,
- un VC,
- une entrepreneuse impliquée dans l’organisation de la conférence de référence SFMusicTech,
- un programme d’accélération dans la Silicon Valley pour les startups de la FrenchTech
- et des Startups engagées sur des projets culturels disruptifs & prometteurs - dans l’Art & la Musique - "accélérées" par TheRefiners, que j’ai eu la chance de rencontrer à Parisoma, un espace de co-working particulièrement actif à San Francisco.


Pour bien démarrer une de ces journées de rdv entre la 2nde & la 11ème du quartier South of Market, je suis passé de bon matin (l’avenir appartient à ceux qui se lèvent tôt à SF) à une conférence organisé par SFbig - sorte d’Electronic Business Group local - sur les Enjeux de la déclinaison des contenus & du marketing sur les Écrans Connectés, avec comme tendances clés les sujets de la VR, du Live et de la maîtrise de la Data.


J’ai eu également l’opportunité d’assister à un événement autour des ChatBots organisé par Leade.rs. Au-delà des développements applicables au CRM & au Service Client, avec notamment le témoignage de Facebook, dont le service Messenger est en train de devenir une sorte de nouveau web, il s’en dégage des perspectives assez bluffantes sur la capacité de l’Intelligence Artificielle à créer les conditions d’un dialogue avec les utilisateurs et à incarner des services, voire des personnes. La réalité est en train de rattraper la science-fiction.

Dans ce périple aux frontières de la Tech et des démarches créatives, j’ai eu la curiosité de me rendre à un Creative Code Meetup au Grey Area Foundation of the Arts qui héberge un incubateur. Au programme : des artistes / programmeurs présentant leurs travaux. Très arty, mais intéressant pour les passerelles entre créateurs & développeurs.

« La CULTURE est d’abord un MINDSET. J’ai retrouvé à plus grande échelle à SF ce sentiment que j’ai, lorsque j’échange avec les nouvelles générations d’entrepreneurs rencontrés à Paris, Barcelone ou ailleurs en Europe. »

So…
 
CLASH CULTUREL ?

J’ai d’abord été marqué par le RYTHME et l’ÉNERGIE dans cette sphère marquée "TECH". L’émulation est probablement plus directement palpable qu’en France et en Europe car l’écosystème est plus concentré et historiquement implanté dans la Région.

On perçoit rapidement la dynamique de RÉSEAU, formé d’acteurs complémentaires et connectés - des Développeurs aux VCs en passant par les structures d’accélération qui font le lien, créant un sentiment de COMMUNAUTÉ.

L’esprit d’entreprise américain, ce fameux "CAN DO" Spirit prend ici une dimension stimulante avec cette émulation singulière de la Silicon Valley autour de l’innovation et des startups. C’est aussi un "Way of Life" où l’attention portée à l’équilibre personnel va de paire avec un certain sens de l’exigence de soi qu’impose l’entreprenariat.

"BUSINESS AS USUAL" où comment la Recherche & la Créativité peuvent rimer naturellement avec le sens des affaires tourné vers l’USAGE.

La CULTURE est d’abord un MINDSET. J’ai retrouvé à plus grande échelle à SF ce sentiment que j’ai, lorsque j’échange avec les nouvelles générations d’entrepreneurs rencontrés à Paris, Barcelone ou ailleurs en Europe. Ils mixent sans à priori les champs culturels, technologiques & business et pour certains décident d’en faire l’axe de leur développement en tant que startup culturelle.


« La Sillicon Valley est bien une source d’inspiration très stimulante et magnétique. Mais ce n’est pas un Eldorado pour autant »

J’ai trouvé une illustration originale de cette alchimie entre sens créatif, sensibilité tech & acuité business dans le projet DoubleOone, et le profil de ses deux fondateurs dont l’un est un musicien touche à tout. Avec en bonus une bonne dose de Groove sur scène pour leur soirée de lancement.

NUANCES & PERSPECTIVES

La Sillicon Valley est bien une source d’inspiration très stimulante et magnétique. Mais ce n’est pas un Eldorado pour autant. Et son rayonnement prend son sens pour moi dans les parallèles à construire avec les talents qui foisonnent de ce côté ci de l’Atlantique, de la Frenchtouch à la Frenchtech.

Ce que j’en retire d’essentiel : L’envie d’entreprendre et d’être acteur à mon niveau du developpement des Cultures Numériques. La nécessité de renforcer les passerelles entre un tel écosystème disruptif et les savoirs-faire créatifs qui riment avec Diversité. L’intérêt de s’ouvrir pour des Grands Groupes - là d’où je viens - à cet écosystème de l’innovation pour y mixer la Culture d’entreprise. Il y a beaucoup à apprendre mais surtout à faire en mode expérimental.



C’était une parfaite transition entre les années passées au coeur de la mutation digitale chez EMI puis Warner Music et mes nouvelles perspectives professionnelles, 12 ans après mes débuts dans une startup précurseur dans la diffusion de contenus sur mobile.

Une incubation accélérée du projet auquel je me consacre désormais : TheLynk

PS : Un Merci tout spécial à mon ami Guillaume & sa famille qui m’ont accueilli, avec une vue unique sur Twin Peaks, particulièrement inspirante à 5h30 du matin grâce au décalage.


Yvan BOUDILLET