Culture et développement durable

Version imprimable de cet article Version imprimable  

Publié le jeudi 15 décembre 2011

Il est temps d’organiser la palabre…

La « culture », espoir d’un futur meilleur, est considérée comme le quatrième pilier du développement durable

La perte de sens de ce nouveau rôle attribué au secteur culturel, tant au niveau local que mondial, mène à une impasse où se trouvent les milieux professionnels de la culture. Depuis la conférence de Rio en 1992 jusqu’à l’Agenda 21 de la culture, ces professionnels n’ont qu’une position de « fournisseurs de services » apportant, comme les autres, leurs produits sectoriels au développement économique, fût-il durable : dans le brouillard du sens marchand, ils troquent leur public fidèle contre de bons clients. Mais une autre perspective politique est possible : elle prend appui sur les accords internationaux sur la diversité culturelle et affirme la primauté des enjeux de reconnaissance de la dignité des personnes dans leur identité culturelle. La culture, dans l’esprit de la déclaration de Fribourg sur les droits culturels, est une éthique pour faire ensemble société, ou mieux encore, faire humanité commune et durable. Dans Culture et développement durable, Jean-Michel Lucas préconise de réécrire, en ce sens, l’Agenda 21 de la culture.

Il est temps « d’organiser la palabre » pour résister aux contraintes imposées aux acteurs culturels par le marché, permettre aux personnes de mieux se situer au monde, avec plus de respect pour elles-mêmes et les autres et aller vers un nouvel engagement politique des militants, élus, citoyens et acteurs « culturels » de l’Agenda 21. L’objectif est atteignable, car l’Union européenne dispose des principes et outils qui légitiment ce renouveau démocratique de l’action culturelle centrée sur la « relation ». Aux acteurs culturels de devenir parties prenantes de ce compromis qui fasse mieux pour le développement durable humain que la simple consommation d’offres culturelles, même financées sur des fonds publics.

L’auteur : Jean-Michel Lucas, universitaire, est engagé de longue date dans l’action culturelle et particulièrement la valorisation des musiques actuelles. Il a occupé des fonctions de responsabilité dans l’administration culturelle (Drac et conseiller de Jack Lang). Ses travaux de recherche portent sur la critique des politiques culturelles et, sous le pseudonyme du Doc Kasimir Bisou, il plaide pour la prise en compte des enjeux éthiques dans la conduite des politiques de la culture.


Acheter ce livre sur notre boutique en ligne


PDF - 521.5 ko
Communiqué Culture et développement durable

Contact presse : Jean-Noël Bigotti, editions@irma.asso.fr

Télécharger la couverture :
- en 300 DPI CMJN
- en 72 DPI RVB

Pour d’autres formats de couverture : fabrication@irma.asso.fr

L’Irma reçoit le soutien de ...

  • Fonds pour la Création Musicale
  • Société pour l’Administration des Droits des Artistes Musiciens Interprètes
  • Centre national de la chanson, des variétés et du jazz
  • Société des Auteurs, Compositeurs et Editeurs de Musique
  • Société civile des Producteurs de Phonogrammes en France

Partenaires : l’Irma est associé à ...

  • Conférence permanente des directeurs de centre d’information et de ressources du domaine culturel

Venir à l'Irma

22 rue Soleillet
75980 Paris cedex 20
France

Tél. : +33 (0)1.43.15.11.11
Fax : +33 (0)1.43.15.11.10

www.irma.asso.fr