Des spectacles de poids

Économie

Le cabinet EY, en collaboration avec le Prodiss, a analysé la place du spectacle musical et de variété dans l’économie française. L’étude témoigne de la croissance du secteur et des retombées importantes qu’il génère.

Cette étude se focalise sur les 4 000 entreprises qui produisent et diffusent les spectacles musicaux et de variété, exploitent les salles et organisent les festivals dans les champs des musiques actuelles, traditionnelles, de variétés, comédies musicales, spectacles de cabaret et humour.

En préambule de la présentation des résultats, les auteurs du document insiste sur une analyse que des chiffres auraient tendance à estomper : "La diversité des acteurs dans le spectacle musical et de variété fait qu’il n’existe pas de mode d’organisation standard d’un spectacle. Les acteurs et le rôle de chacun se recomposent pour chaque spectacle, chaque production, diffusion, exploitation de salles ou organisation de festivals".

PRINCIPAUX ENSEIGNEMENTS

La contribution du spectacle musical et de variété à l’économie française

  • Le secteur représente un chiffre d’affaires — direct et indirect — cumulé de plus de 4,3 Mds€, et près de 120 000 emplois en 2015.
  • Dans son cercle direct, le secteur a généré plus de 2 Mds€ de chiffre d’affaires et près de 22 000 emplois en équivalents temps plein (ETP) en 2015.
  • Le spectacle musical irrigue l’ensemble de l’économie et génère des retombées économiques indirectes significatives : pour 1€ et 1 ETP au cœur du secteur, plus d’1€ et près d’1 ETP sont créés dans le reste de l’économie.
  • Le chiffre d’affaires direct du secteur a connu une croissance moyenne de 6% par an entre 2012 et 2015.

Les entrepreneurs du secteur face au risque économique

  • Le secteur est composé très majoritairement de petites entreprises : les trois quarts réalisent un chiffre d’affaires annuel inférieur à 1M€.
  • Les équilibres financiers du spectacle musical et de variété reposent fondamentalement sur un pari artistique.
  • L’équation économique est rendue encore plus complexe par l’augmentation très significative du coût d’accueil des spectacles.

Le secteur entraîne une véritable économie territoriale et touristique

  • Le spectacle musical et de variété est présent partout en France, avec un maillage extrêmement fin du territoire national.
  • Le secteur alimente un vaste écosystème local de prestataires et fournisseurs, qui pesait 480 M€ et près de 3 700 ETP en 2015.
  • Le flux de spectateurs draine l’économie locale et touristique, grâce à des dépenses en hébergement, restauration et transport qui s’élèvent à 1,4 Md€.

Le spectacle musical et de variété, vecteur de l’attractivité de la France

  • Tous secteurs musicaux confondus, la France reste l’un des principaux exportateurs de musique au monde.
  • Les revenus de la filière musicale française à l’international sont significatifs ainsi qu’en croissance continue et régulière, atteignant les 262 M€ en 2016, en augmentation de 30% par rapport à 2010.
  • Les festivals, organisés localement, sont un argument d’attractivité des visiteurs étrangers.

Les artistes et les talents, métiers et compétences qui les entourent

  • 191 métiers peuvent être recensés dans le secteur, soit un éventail plus riche et plus diversifié que dans d’autres secteurs, tels que la presse, la publicité ou l’immobilier.
  • Les métiers du secteur se professionnalisent et les compétences évoluent.

La scène, terrain d’innovation et d’expérimentation

  • Le spectacle musical et de variété intègre les innovations technologiques.
  • Des expérimentations sont mises en œuvre pour rendre l’expérience usager plus fluide et l’utilisation des services plus simple.
  • L’innovation s’incarne en amont, dans la conception même du spectacle.
  • Les artistes, producteurs, diffuseurs et organisateurs revisitent également le format des spectacles, bousculant les pratiques historiques.
  • Les festivals fournissent des champs uniques d’expérimentation aux innovateurs d’autres secteurs.