Fair 2020, un dispositif repensé pour les artistes

Publié le mercredi 6 février 2019

Accompagnement

À l’occasion de ses 30 ans, le Fair annonce d’importants changements pour les éditions à venir : "Il y aura deux sélections de 7 lauréats chaque année". Julien Soulié, directeur du Fair, nous explique les contours de la prochaine formule.

JULIEN SOULIÉ :
« ÊTRE EN ADÉQUATION AVEC LE TIMING DES ARTISTES »

Le Fair fête ses 30 ans et vient de modifier son dispositif d’accompagnement d’artistes. Quels sont ces changements ?

Le 9 octobre dernier, nous avons annoncé au Café de la Danse la 30e sélection du Fair et, maintenant, pour les 30 ans, nous mettrons en place d’importantes modifications : au lieu des 15 lauréats annuels, il y aura deux sélections de 7 lauréats, avec une première sélection prévue en septembre et la seconde en février. L’idée est d’être toujours plus en adéquation avec le timing des artistes, qu’ils puissent postuler au bon moment pour eux, selon la vitesse à laquelle avance leur projet. L’appel à candidatures sera donc ouvert toute l’année avec la possibilité de postuler à la session de son choix.
Nous continuerons également d’avoir un comité artistique indépendant composé de 7 personnes en septembre et de 7 autres en février, soit 14 personnes pour choisir 14 projets.

La bourse et le programme d’accompagnement vont-ils évoluer ?

La bourse allouée aux artistes va monter à 10 000€ - au lieu de 7 500€ - avec plus de souplesse dans son utilisation. Elle servait encore beaucoup à financer ce qui s’apparente à du tour support, mais aujourd’hui les artistes ont surtout des difficultés à trouver un label et cette bourse va les aider au niveau de la préproduction, du mix ou du mastering selon leurs besoins.

Concernant l’accompagnement, il va se poursuivre pendant une année entière. On aura donc toujours 14 artistes/groupes lauréats avec nous, avec 7 d’entre eux qui seront dans leurs six premiers mois et 7 dans leurs six derniers. Pour la formation, nous allons changer la formule : au lieu d’avoir 3 x 3 jours de session sur Paris, nous allons partir en séminaire toute une semaine hors de Paris. Tout le monde partira ensemble et passera la semaine dans un lieu à part, avec des interventions durant la journée, puis le soir nous resterons pour passer du bon temps, avec un studio à disposition. Nous souhaitons créer de plus en plus de liens entre les artistes de la promotion parce qu’ils font plein de choses, sont souvent artistes-entrepreneurs et ils sont demandeurs de ces échanges.

« Il ne faut plus que ce soit de simples noms sur une feuille
mais de vraies rencontres »

Comment va s’organiser la relation entre les lauréats et les partenaires-accompagnants ?

Elle va évoluer. Par exemple, pour l’annonce officielle de la prochaine sélection, nous allons organiser deux jours des rencontres pros pour nos lauréats, avec des séances de speed meeting pour que les artistes rencontrent vraiment les partenaires professionnels, mettent des visages sur des noms, prennent des contacts… Le soir, les 7 lauréats se produiront en showcase et, le lendemain, les partenaires pourront débriefer de ce qu’ils ont vu en live et ainsi engager des types d’accompagnement spécifiques et adaptés.

La chance du Fair est d’avoir tous ces partenaires, et très vite les artistes se rendent compte que ce n’est pas juste la petite équipe de 3 personnes du Fair qui va les accompagner, mais tout un réseau de la filière qui va les aider quand ils demanderont un conseil. Le Fair est un dispositif d’accompagnement à la professionnalisation, ce qui passe par une très bonne connaissance du secteur et de ses acteurs. Pour les artistes, il ne faut plus que ce soit de simples noms sur une feuille mais de vraies rencontres.

Aujourd’hui, au Fair, nous sommes dans cet échange-là. Il y a dix ans, nous avions encore des connexions à faire avec la filière, mais notre métier a changé, les partenaires sont là. Si je prends notre offre de formation par exemple, les artistes peuvent suivre un enseignement théorique avec l’Irma, artistique avec le Studio des Variétés, économique avec Idéal Rights, un cycle de trois jours sur la santé et le corps du musicien avec un ostéopathe, etc.

Aujourd’hui, le Fair est un dispositif d’accompagnement de projets et d’accompagnement à la professionnalisation des individus (auteur-compositeur-intérprète) présents dans ces projets. Depuis 2 ans, nous avons beaucoup développé l’aspect "individu" dans notre champ d’action car notre juste place se situe à cet endroit précis.

De nouveaux mécènes vous ont-ils rejoint ?

En effet, notre club des mécènes s’agrandit. En plus du Crédit Agricole Mécénat IDF qui nous accompagne depuis 2017, l’agence publicitaire Else TBWA va nous aider en numéraire et en apport industriel en proposant des captations live en studio. Ils vont également mettre à notre disposition un motion designer pour créer des contenus de qualité. Havas entre également en tant que mécène, et Deezer redevient sponsor et va nous aider à financer les séminaires d’une semaine en dehors de Paris.
Notre enveloppe mécénat/sponsoring va ainsi doubler pour atteindre environ 90 000€ sur un budget qui va dépasser les 600 000€ pour la première fois en 2019.

À quelle date sera lancé l’appel à candidatures pour le Fair 2020 ?

L’appel à candidature sera lancé le 1er mars, avec de nouveaux critères de sélection afin de mieux coller à la réalité des projets.

Évolutions des critères de sélection

Les candidats doivent :

  • résider en France ( pour au moins la moitié du groupe, dont les auteurs- compositeurs) ;
  • être inscrit à la SACEM (ou en cours d’inscription) et avoir un répertoire comportant au minimum 80% de compositions originales ;
  • avoir au moins un élément d’encadrement extérieur à l’artiste ou au groupe (manager, label, éditeur, tourneur, SMAC). L’association du groupe ne peut donc pas faire office d’encadrement ;
  • être encadré par une SMAC signifie que l’artiste a été sélectionné par la SMAC pour bénéficier de son programme d’accompagnement à la professionnalisation. Dans ce cas, la SMAC s’engage, si nécessaire, à prolonger l’accompagnement sur toute l’année de la sélection du Fair ;
  • avoir effectué au moins 5 dates de concerts depuis la création du groupe ;
  • ne pas avoir exploité son 1er titre il y a plus de 4 ans.
JPEG - 11.8 ko
Bruno Lion, Julien Soulié et Claude Guyot

Site web : lefair.org



Nous suivre /asso.irma /IrmACTU