Ifpi : 4,5 milliards de dollars investis chaque année par les producteurs dans la promo et le développement

Version imprimable de cet article Version imprimable  

Publié le jeudi 1er décembre 2016

Musique enregistrée

L’Ifpi vient de publier son rapport annuel "Investir dans la musique". Les maisons de disques restent le premier contributeur de la musique, avec un investissement annuel de plus de 4,5 Milliards de dollars en artistique, répertoire et marketing pour 2015.

Les maisons de disques restent le premier contributeur de la musique, avec un investissement annuel de plus de 4,5 Milliards$ en artistique, répertoire et marketing pour 2015, indique le rapport publié aujourd’hui par l’Ifpi (Fédération internationale de l’industrie phonographique) en partenariat avec WIN (World Independent Network) qui représente les labels indépendants dans le monde.

« Investing in Music » décrit le soutien financier apporté par les labels du monde entier, majors comme indépendants, à la découverte, l’accompagnement et la promotion des artistes et de leur musique. Dans leur introduction commune, Frances Moore, Chief Executive de l’Ifpi et Alison Wenham, CEO de WIN précisent : « Investing In Music ne met pas seulement en lumière les investissements financiers des labels, mais aussi la contribution à long terme qu’ils apportent à la carrière de leurs artistes. Dans l’environnement numérique, la nature de leurs tâches a évolué, mais le cœur du métier est resté le même : découvrir les talents, les faire émerger, construire des carrières et proposer la meilleure musique possible aux fans. Ce sont là les fondements de l’investissement des maisons de disques dans la musique ».


Les chiffres-clés du rapport :


Les maisons de disques consacrent 27% de leurs revenus à l’artistique et au marketing, soit un montant total de 4,5 Milliards de dollars. Et malgré le déclin de leurs revenus au cours des deux dernières décennies, elles ont maintenu ce niveau d’investissement.

Sur ces 27%, les labels consacrent 16,9% à l’A&R (Artistique et Répertoire), soit une part plus élevée que celle dédiée à la Recherche et Développement (R&D) par les autres secteurs de pointe, cités dans le Rapport européen Scoreboard 2015 sur les investissements industriels en R&D.

Faire émerger une nouvelle signature “internationale” sur des marchés majeurs comme les États-Unis ou la Grande-Bretagne peut exiger entre 500 000 et 2 Millions de dollars pour couvrir tant les avances à l’artiste, les frais d’enregistrement, la production de vidéos, le soutien à la tournée, que les coûts de marketing et de promotion.

Les producteurs de musique sont également engagés aux côtés des distributeurs, dans le développement des infrastructures du marché numérique, mettant aujourd’hui plus de 40 Millions de titres à la disposition de plus de 360 plateformes dans le monde.