L’Europe étudie l’export, les aides et l’observation de la musique

Publié le mardi 13 novembre 2018

Politique

Dans le cadre de l’action préparatoire du programme Music Moves Europe, des études sur l’export de la musique et sur la faisabilité d’un observatoire et d’une aide européenne pour la musique sont lancées.

Suite à l’adoption par le Parlement européen de l’action préparatoire à Music Moves Europe en 2017, la Commission européenne a établit des appels d’offres sur :

Export

Afin de définir et développer une approche stratégique pour la promotion de la musique européenne à l’international, la Commission Européenne a choisi Le Bureau Export, en partenariat avec Music Austria, KEA, Factory 92 et en association avec EMEE pour livrer une étude cadre.

Le Bureau Export a annoncé que l’étude se matérialisera par :

  • Un état des lieux et une analyse des disparités des programmes de soutien à l’export de la musique existants en Europe ;
  • L’identification des stratégies gagnantes pour l’export de la musique européenne vers des marchés internationaux clés (i.e. USA, Canada, Chine et un pays africain qui sera connu prochainement) ;
  • Une attention portée au renforcement de la diversité culturelle et de la circulation intra-européenne des œuvres ;
  • L’identification des défis, des opportunités et des bonnes pratiques pour l’export des talents musicaux Européens et de leur répertoire ;
  • Une conférence avec les acteurs de l’industrie musicale européenne pour tester et partager les recommandations ;
  • La formulation d’une stratégie prospective pour l’établissement de politiques aux niveaux européen et nationaux et pour la prise de décision au sein même du secteur.
    Plus d’infos sur le site du Bureau Export
Observatoire et aides

KEA et Panteia ont été mandatés par la DG Education et Culture de la Commission européenne pour mener une étude sur les capacités d’observation et de soutien à la musique européenne.

La première partie a pour objectif d’évaluer la faisabilité d’un observatoire européen de la musique. Il étudiera la possibilité de créer à l’avenir une organisation de collecte de données, en tant que ressource stratégique pour des politiques et des actions fondées sur des preuves pour le secteur de la musique.

La deuxième partie de l’étude a pour objectif de fournir une justification solide du soutien futur de la musique au niveau européen et de contribuer au développement d’instruments de financement appropriés, en complément des systèmes nationaux existants.
Plus d’infos sur le site de KEA


Nous suivre /asso.irma /IrmACTU