L’offre de musique numérique entre deux eaux

Version imprimable de cet article Version imprimable  

Publié le vendredi 9 décembre 2016

Musique enregistrée

La Cité de la musique - Philharmonie de Paris publie un État des lieux de l’offre de musique numérique au premier semestre de l’année 2016. Bien que la progression du streaming se confirme et malgré l’avénement de nouveaux univers connectés, cette période est "l’une des moins dynamiques jusqu’alors observée".

La dernière communication du SNEP relative au marché de la musique enregistrée en France, fait état d’une croissance de +8,5% en valeur sur les 9 premiers mois de l’année 2016, soit un chiffre d’affaires de 285,9M€, le numérique avec 47,5% de parts de marché étant sur le point de faire jeu égal avec le marché physique valorisé à 52,5%.
La consommation de musique semble donc renouer avec la croissance et ce, grâce au streaming (en progression en volume d’écoute de +61% et de +45% en valeur) - les espoirs en l’abonnement, en progression de +49,5% à l’origine de la croissance du marché global, se confirmer.

Les faits marquants de ce premier semestre 2016, l’un des moins dynamiques jusqu’alors observés (total variations de +86 items vs. +98 items en S2 2015, +128 items en S1 2015) concernent :

- l’effort des radios dans leur intégration dans les systèmes automobiles embarqués ainsi que dans la TV connectée,
- la proposition totalement innovante de l’application mobile portail d’Arte qui permet la prévisualisation de certains de ses programmes sur internet avant passage à l’antenne,
- l’accélération des principaux acteurs américains dans des services toujours plus sophistiqués, profitant de forts investissements en R&D (intelligence artificielle, assistants conversationnels, réalité virtuelle, objets connectés etc.) consacrant la stratégie de développement d’écosystèmes plutôt que de services en ligne,
- l’avènement de deux nouveaux univers connectés : la maison et la voiture.