Lexique de l’innovation dans la musique

Publié le vendredi 2 février 2018

MàJ : 21/11/2018

API, algorithme, big data, blockchain, chatbot… ce lexique de l’innovation dans le musique est un outil de compréhension de l’écosystème MusicTech.

API (application programing interface) : une interface de programmation d’applications est une interface d’échanges de données entre les systèmes informatiques. Les API permettent la création et/ou l’enrichissement de services numériques. Le SDK (Software development kit ou kit de développement informatique) est un autre type de boîtes à outils pour les développeurs.

Algorithme : suite d’opérations permettant de résoudre un problème ou d’obtenir un résultat. Le terme a été popularisé par l’analyse de big data en informatique où les algorithmes sont développés pour réaliser de nombreuses tâches.

Big data : désigne les masses de données générées par les échanges sur Internet, réseaux mobiles, Internet des objets qui peuvent être exploitées pour mieux comprendre un objet. Les traces laissées par les internautes sur les réseaux informatiques peuvent par exemple renseigner sur les usages des publics.

Blockchain  : technologie de stockage et de transmission d’informations en réseau réputée transparente, sécurisée et fonctionnant sans organe central de contrôle. La « chaîne de blocs » désigne la base de données distribuée entre tous les ordinateurs du réseau, nommés les « mineurs », dans lesquels les registres de transactions la protègent contre la falsification et garantissent le système. Dans la FinTech, elle est à la base des cryptomonnaies dont le Bitcoin et l’Ether qui sont à la fois utilisés comme moyens de paiement et objets de spéculation. Plusieurs projets ont été lancés dans la MusicTech pour la gestion des droits, la consommation musicale en streaming et téléchargement (Sacem, Ascap et PRS for Music avec IBM, Ujo Music, Musicoin, Resonate…), la gestion de billetterie et de paiement dans le spectacle (SingularDTV, Aventus, Guts Tickets, Blockchain My Art) ou encore le financement en ICO (voir Levées de fonds).

Chatbot  : agent conversationnel, le chatbot est une interface homme/machine (IHM) développée pour dialoguer. Sans forcément réussir le « Test de Turing », les chatbots sont principalement utilisés dans les conservations textuelles simples ou spécialisées comme rechercher une séance de spectacle, passer une commande, rechercher un contenus (texte, images, vidéos, podcasts…). Certains chatbots peuvent être développés grâce à des arbres de décisions, d’autres recours à de l’intelligence artificielle et des processus de machine learning pour renforcer leurs capacités. Les systèmes de reconnaissances vocale (Google Assistant, Siri d’Apple et Alexa d’Amazon) sont des chatbots vocaux.

Cloud  : le cloud computing ou l’informatique en nuage consiste à héberger des contenus et/ou des services sur des serveurs distants.

CMS (Content Management System ou système de gestion de contenu) : un CMS est un logiciel ou une suite de logiciels avec des fonctionnalités de publication de contenus (images, textes) et une interface d’administration (back-office) pour la création de site internet. Wordpress, Joomla et Drupal sont les plus utilisés.

CRM (Customers relationship management) : la gestion de la relation clients (GRC) recouvre l’ensemble des outils et techniques destinés à capter, traiter, analyser les informations relatives aux clients et aux prospects, dans le but de les fidéliser en leur offrant ou proposant des services. Les logiciels CRM sont généralement connectés à d’autres logiciels pour la gestion des plannings, l’édition de devis et contrats, l’envoi d’emails…

Crowdfunding  : le financement participatif est un mode de financement de projets ouvert à tout contributeur dans l’économie collaborative. L’engagement peut s’effectuer sous la forme d’une souscription (préachat), d’un don avec ou sans contrepartie, de prêt ( crowdlending ) et de capital-investissement ( crowdequity / ICO ).

Découvrabilité (ou discoverability) : capacité d’un contenu informationnel à être découvert sur un réseau foisonnant comme le Web, englobant et associant ainsi des enjeux comme les métadonnées et la recommandation. Le concept a fait l’objet du Sommet de la découvrabilité à Toronto en mai 2016 sous-titré « le contenu à l’ère de l’abondance ».

Disruption : désigne le bouleversement d’ordres établis par les innovations de rupture. Dans l’économie collaborative, on a parlé d’ « uberisation » lorsque Uber est arrivé sur le marché des taxis ou Airbnb sur celui de la location d’hébergements. Dans la culture, le peer to peer, le streaming ou encore la diffusion OTT sont des innovations disruptives.

DMP (Data management platform ou plateforme de gestion de données) : usine de traitement de données.

DOOH (Digital out of Home ou affichage digital) : désigne les dispositifs et techniques d’affichage digital extérieur diffusant des publicités. Le DOOH peut être combiné avec les techniques de RTB.

Enceinte connectée : désigne un système de diffusion audio connecté au réseau Internet ou à des services de streaming audio, des flux webradio, des plateformes de podcasts. « Enceintes intelligentes » (ou «  smartspeakers  »), les leaders du marché (Google Home, Apple HomePod et Amazon Echo) embarquent de véritables ordinateurs à bord, des systèmes de reconnaissances vocale (Google Assistant, Siri, Alexa), ainsi que des intelligences artificielles effectuant des tâches comme la recherche dans des catalogues et même de la recommandation automatisée de contenus.

ERP (Enterprise Resource Planning ou Progiciel de gestion intégré) : système d’information composé d’applications informatiques modulaires et intégrées pour répondre aux besoins des différentes fonction d’une entreprise (approvisionnement, production, comptabilité, finance, RH, marketing,…).

Etalab : mission rattachée à la DINSIC (Direction interministérielle du numérique et du système d’information et de communication) en charge de la politique d’ouverture et de partage des données publiques ( open data ). La direction encadre également l’Incubateur des services numériques notamment en charge de la réalisation d’une application mobile pour le Pass Culture avec le ministère de la Culture.

French Tech : la French Tech désigne la marque collective et la mission pilotées par le ministère de l’Économie pour "tous ceux qui travaillent dans ou pour les startup françaises en France ou à l’étranger". Les écosystèmes thématiques supra-nationaux et nationaux utilisent des expressions composées de "Tech" pour se désigner comme la FinTech pour la finance, HealthTech ou MedTech pour la santé, EdTech pour l’éducation ou encore la MusicTech pour la musique. Ces réseaux thématiques complètent l’attribution de label pour les métropoles.

Growth hacking  : ensemble des techniques marketing utilisées pour accélérer la croissance d’une entreprise, par optimisation de différentes stratégies qui interagissent les unes avec les autres lors de processus itératifs.

Hackathon : processus créatif qui réunit une communauté de développeurs qui inventent des projets en mode collaboratif sur un temps imparti.

Incubateur, accélérateur, fablab… : les incubateurs sont des dispositifs d’accompagnement de projets de création d’entreprises ou startups dont les natures, les contenus d’accompagnement et les thématiques varient d’une structure à l’autre. L’Incubateur Belle de Mai, la Résidence Creatis du groupe Scintillo, la Nurserie d’Audiens, la Plateforme LINCC de Paris&Co, le 104 Factory du Centquatre, l’Espace E de la Place du hip-hop sont des incubateurs spécialisés le domaine des industries culturelles et créatives. Des sociétés proposent aussi des incubateurs comme Orange Fab France dans les industries de contenus, TF1 dans les médias ou encore le Centre des monuments nationaux dans le patrimoine. Des programmes d’accélération renforcés accompagnent sur des problématiques spécifiques comme la phase de croissance et/ou la recherche de financements. C’est le cas de The Bridge à Avignon qui propose aussi un programme living lab.

Les Ateliers de fabrication numérique (AFN) regroupant les fablabs, makerspaces, hackerspaces selon la Fing en 2014 sont des lieux dédiés à la création numérique et au prototypage. Ils sont proches des living labs et des tiers-lieux qui permettent de réaliser des expérimentations grand public (Usine IO, ICI Montreuil, Ping de Nantes, Halle Papin, Centquatre).

Ces nouveaux dispositifs s’ajoutent ainsi aux pépinières et aux hôtels d’entreprises qui se concentrent sur l’hébergement d’entreprises et la mutualisation de services. Des réseaux (Réseau Entreprendre), des clusters (Le Damier à Clermont-Ferrand, PRIMI en PACA, le Pôle Média du Grand Paris…) et des pôles de compétitivité (Cap Digital) complètent le paysage pour la coopération entre les entreprises et la recherche selon les filières d’activités (innovation, média, image…) et/ou les territoires, tandis que les espaces de coworking essaiment les villes avec des espaces de travail partagés favorisant la collaboration entre les travailleurs.

La Station F inaugurée en juin 2017 dans le 13ème arrondissement de Paris est le plus grand campus de startups au monde (34 000 m2).

Intelligence artificielle (IA) : inspirée du fonctionnement des réseaux de neurones, l’intelligence artificielle consiste à combiner des processus de calculs informatiques qui s’exécutent de façon automatisée en mobilisant des algorithmes sur des données en vue de réaliser des opérations de traitement. L’IA ouvre de nouveaux champs d’exploration informatique comme le machine learning qui désigne les procédés d’apprentissage automatique des ordinateurs et le deep learning qui intègre et analyse des masses de données puis les catégorise dans des modèles intermédiaires abstraits. L’IA a de nombreuses applications dans la culture telles que la reconnaissance d’images ou de sons, le traitement automatique du langage utilisé pour la reconnaissance vocale et les chatbots, la création de musique originale…

Internet des objets (IoT pour Internet of Things) : extension de réseaux pour les échanges d’informations entre des objets connectés et le réseau Internet. Des systèmes de radiodiffusion (RFID, NFC) intégrés dans des cartes ou des bracelets sont proposés comme porte-monnaie ou systèmes de paiement dits « cashless » dans le spectacle vivant, supportent la création de parcours dans les musées tandis que le Bluetooth ou le wifi connectent les enceintes pour la diffusion audio. La licorne française Sigfox de Labège (31) développe quant à elle son propre réseau pour la communication entre objets ou machines.

Lean startup  : ensemble de techniques utilisées pour la création optimisée de produits ou services dans un temps réduit et pour un investissement minimal.

Levée de fonds : au démarrage du projet, un entrepreneur qui ne peut pas s’autofinancer et/ou « bootstraper » (se débrouiller, en faisant des missions par exemple), peut rechercher des fonds auprès d’investisseurs en échange de parts du capital ou d’actions pour créer son entreprise (fonds d’amorçage), se développer et/ou investir. Au démarrage toujours (phase early stage), on distingue les business angels (particuliers) des VCs (venture capital ou fonds en capital risque) bien que les deux types puissent injecter des fonds ainsi que partager des conseils et leurs réseaux. Pour la croissance de l’entreprise, les fonds de capital développement et les fonds d’investissement prennent le relais avec des fonds plus conséquents. L’entrée en bourse (IPO pour Initial public offering) permet l’ouverture du capital par l’émission publique d’actions et d’obligations sur les marchés financiers. Associé aux systèmes de blockchains, l’ICO (Initial coin offering) permet enfin l’ouverture du capital par émission d’actifs échangeables contre des cryptomonnaies.

Love money  : fonds rassemblés auprès des proches (famille, amis) pour financer l’amorçage d’une entreprise.

Métadonnées : désignent des données produites pour enrichir et qualifier des contenus numériques. S’agissant de contenus culturels, elles permettent d’identifier les œuvres et de les décrire pour faciliter leur commercialisation sur les réseaux, leur traitement juridique, la gestion des droits associés (titre, auteur, contributeurs, interprètes, producteur, distributeur, éditeur…) et améliorer leur découvrabilité (collection, album, biographie de l’auteur, genres, visuels…).

OTT (Over The Top) : fait pour un média de littéralement passer « par-dessus », c’est-à-dire de distribuer ses contenus aux consommateurs sur des réseaux Internet ou mobile, sans recourir aux intermédiaires habituels.

Open innovation (innovation ouverte) : ensemble des processus d’innovation ouverts ou collaboratifs. L’expression peut aussi être utilisé avec la « co-innovation » pour désigner des programmes d’échanges entre startups et entreprises installées.

Pitch session  : présentation orale d’un projet ou d’une startup dont le charisme du.de la fondateur.rice, le storytelling du concept et les « KPI » (key performance indicator ou indicateur clé de performance) peuvent séduire les investisseurs, les clients et les partenaires. La pitch session ou demo day est un concours de pitch, souvent public. L’elevator pitch désigne quant à lui une présentation condensée, qui peut être récitée le temps du trajet d’ascenseur.

Pistage (ou tracking) et mesure d’audience : les technologies de pistage recouvrent l’ensemble de moyens techniques permettant de tracer l’activité d’un individu sur internet pour réaliser des mesures d’audience ou de comportements. Elle peut être mise en place par le site internet, le navigateur ou l’appareil en tant que tel pour le ciblage publicitaire notamment. Dans le tracking comportemental, les « cookies », les « cookies tierces parties », « pixel espions » et autres trackers permettent même de suivre des internautes de sites en sites.

Pivot : changement dans la stratégie et le business model d’une startup pour mieux s’adapter au(x) marché(s) qu’elle convoite ou trouver une meilleure viabilité économique. Il intervient plus couramment après une phase d’itération, c’est-à-dire de d’expérimentations répétées du produit / service prototypé.

Réalité virtuelle (RV ou VR) : recouvre les techniques de simulation et d’immersion de la présence de l’utilisateur dans des environnements sensoriels générés par des ordinateurs, via des dispositifs adaptés (casque, masque, gants de réalité virtuelle). Les contenus peuvent être captés de la réalité pour des usages distants ou différés (son et vidéo 360°), comme partiellement ou totalement synthétisés. Ils peuvent aussi être interactifs. La VR est distincte de la réalité augmentée (RA ou AR) qui consiste à superposer des éléments synthétiques sur la réalité. Les réalités modifiées ouvrent des champs de développement pour toutes les ICC, en particulier dans le jeu vidéo, le tourisme et le patrimoine, pour proposer de nouvelles expériences.

RTB (Real-Time-Bidding ou enchère en temps réel) : le RTB est une pratique utilisant les technologies de marketing programmatique pour l’achat d’espaces publicitaires (display, réseaux sociaux, vidéo, mobile, DOOH…) en temps réel sur des places de marchés appelées « Ad Exchanges » à l’aide de programmes informatiques et d’algorithmes. Le temps total de la transaction depuis la visite d’un site web par un internaute, la mise aux enchères et l’achat de l’espace et l’impression publicitaire avoisine les 100 millisecondes. Le ciblage des campagnes et le retargeting s’effectuent en combinant le pistage par cookies ou pixels avec des analyses big data.

Saas (Software as a service) : « Logiciel en tant que service » désigne un mode d’exploitation de logiciel, installé sur serveur distant et donc distinct des comptes sur des plateformes de services ou la vente de licences de logiciel à installer sur ordinateur local. L’accès se fait par connexion en ligne, en cloud, et généralement par abonnement.

Scalabilité : capacité d’une startup à changer d’échelle, en général lorsque son business model est basé sur un faible coût d’acquisition de nouveaux clients. Le service peut fonctionner malgré la « montée en charge » (ou forte traction d’utilisateurs). C’est un critère de définition de la « startup », excluant ainsi les agences.

Scraping  : extraction du contenu d’un site avec un script ou un programme informatique afin de le réutiliser.

Spatialisation sonore : Le son spatialisé recouvre toutes les technologies de captation, d’enregistrement et de diffusion permettant de créer l’illusion de la localisation du son dans l’espace, de la monophonie au son multicanal en passant par la stéréophonie ou le binaural (écoute au casque) ou multicanal selon l’organisation du dispositif (couronne, cube, sphère…). Initiées par la recherche acoustique et musicale depuis les années 1970 avec la conceptualisation des objets sonores (Pierre Schaeffer), les technologies de Son 3D sont employées dans le spectacle, le cinéma (surround, 5.1, 7.1) et la réalité virtuelle.

Transmedia : production de contenus intégrant dans le processus créatif les divers médias et formats de diffusion prévus à l’avance : livre imprimé, disque, websérie, documentaire, émission TV, spectacle, podcast, application de réalité virtuelle,…

Document préparé par le pôle Musique & Innovation de l’IRMA.

CONSEIL - ORIENTATION

L’IRMA propose des permanences de conseil pour les porteurs de projets musicaux.


Nous suivre /asso.irma /IrmACTU