Où, quand et comment écoute-t-on de la musique ?

Publié le jeudi 11 octobre 2018

Musique enregistrée

L’IFPI publie le panorama 2018 de la consommation de musique enregistrée dans le monde. Si les habitudes d’écoute sont relativement homogènes entre les pays, on note cependant quelques spécificités françaises.

Réalisée par AudienceNet, cette étude a interrogé 19.000 personnes dans les 18 principaux marchés de la musique enregistrée dans le monde.
Elle révèle que les consommateurs passent en moyenne 17,8 heures par semaine à écouter de la musique, soit 2,5 heures par jour, ce qui montre "à quel point la musique est étroitement liée à la vie du public dans le monde entier", selon Frances Moore, Chief Executive de l’IFPI.

L’étude s’intéresse plus particulièrement aux temps d’écoute qui se déroulent de manière conjointe à une autre activité : conduire, faire du sport, étudier… car ce n’est pas forcément durant les temps de détente à la maison que l’on lance le plus souvent une lecture (64% le font) mais lorsqu’on est en voiture (66% en voiture).

En France, nous écoutons toutefois un peu moins de musique enregistrée : 14,8 heures par semaine, soit 2,1 heures par jour.
Si nous en écoutons plus que la moyenne lorsque l’on se déplace (en voiture, dans les transports), nous ne le faisons moins en travaillant (34% contre 40% en moyenne à l’échelle mondiale) ou avant de s’endormir (13% se laissent bercer contre 19% à l’échelle mondiale).
Autre spécificité, près de 70% du public français écoutent de la variété française. Pourtant, cette particularité n’en est pas une car on retrouve ce phénomène d’attachement aux répertoires locaux au Mexique, au Japon, en Corée (62% écoutent de la K-Pop) et même en Pologne (28% écoutent du Disco Polo).
En dehors de ces répertoires, le pop/rock reste le genre majoritairement écouté (autour de 60%) devant l’électro (32%) et le hip hop (26%). À noter que 30% du public déclarent écouter le plus souvent des musiques de film ou de série.

Nous écoutons beaucoup de musique via nos smartphones, mais c’est un peu moins le cas en France (66% contre 75% à l’échelle mondiale) où nous passons également moins de ‘temps musicaux’ sur nos portables (24% contre 27% à l’échelle mondiale). Les usages générationnels semblent toutefois différents sur ce point - la résistance des amplis ? - car les jeunes Français de 16 à 24 ans déclarent à 97% écouter de la musique sur leur smartphone, soit trois points de plus que la moyenne mondiale.

Le panorama établit deux focus intéressants :

  • Enceinte à commande vocale : l’utilisateur, jeune, écoutent plutôt du hip hop, de l’électro ou du jazz, a tendance à être abonné à un service de streaming payant, à avoir une platine et à être assidu aux concerts.
  • Réseaux sociaux : 35% des utilisateurs de WhatsApp partagent des liens musicaux, ce qui est également le cas pour 30% des utilisateurs de Facebook. Par ailleurs, 30% des consommateurs suivent des artistes sur les réseaux sociaux.

En matière de streaming, la France a largement adopté ces services mais reste loin derrière des pays où il représente plus des 3/4 des consommations (87% pour la Russie, 81% pour le Mexique, 77% pour le Brésil). Par ailleurs, les Français restent attachés à la radio : 92% l’écoute contre 86% à l’échelle mondiale, et le quart du temps passé y est consacré à la musique.


Nous suivre /asso.irma /IrmACTU