Soundcharts, le monitoring de la musique en ligne

Version imprimable de cet article Version imprimable  

Publié le jeudi 26 mai 2016

Starting Blocks

#metrics #charts #airplay #socialmedia #playlists

Les managers et les producteurs en rêvaient, Soundcharts l’a développé : le nouveau monitoring des mesures de la consommation musicale en ligne (charts, airplay, medias, réseaux sociaux et playlists). La sortie officielle de l’appli est attendue pour le Midem et David Weiszfeld, le fondateur, vient d’annoncer le bouclage d’une levée de 320 000 €.

À mi-mois, on lève la tête du guidon et on s’intéresse à l’innovation. Starting Blocks c’est des entreprises, des activités innovantes, et celles et ceux qui les font ! Et tout ça, dans la musique !




Les Charts US viennent d’annoncer l’intégration des vues de Youtube à leurs décomptes. En France, le Snep complète son Top Album Fusionnés avec les écoutes streaming. Quoi de plus normal, à l’heure où la musique se consomme majoritairement en ligne ? Résultat : 1500 vues équivalent dorénavant à un album vendu. Soundcharts, qui sort bientôt sa V3, accélère la cadence en faisant table rase du passé physique de la musique : « on s’est concentré sur le digital pour préparer le marché tel qu’il sera dans 3-4 ans : quasi-dématérialisé avec un physique à 10 % et dénationalisé », explique David Weiszfeld. Disponible sur le web, mobile et tablette, la startup se présente déjà comme la nouvelle solution de suivi du succès global de la musique en temps réel.


L’empowerment des managers de la musique


David Weiszfeld connaît bien le métier du management international. Après un diplôme d’ingénieur du son, il complète sa formation en suivant un cursus de management de projets artistiques et culturels à l’école ATLA. « Je voulais voir ce qu’il se passe après l’enregistrement », confie-t-il. Pendant 10 ans, il travaille chez Universal Music, dont 6 ans sur le développement international des artistes de 3 labels de la maison. « On vivait des frustrations au quotidien parce qu’on avait envie de développer des artistes à l’étranger. À mon arrivée, on avait Yuksek, Bob Sinclar, Stromae, puis sont arrivés C2C, Kavinsky… on avait de beaux enjeux mondiaux et parfois on sentait les succès à l’inter sans pouvoir savoir ce qu’il se passait en temps réel. On était victime de reportings fait à la mano par des interlocuteurs plus ou moins transparents ». Fin 2013, David quitte la major et se consacre à sa propre structure, bSHARP (Management : Odezenne, Broken Back, Petit Biscuit, Production & Edition : J.A.C.K, Bavoog Avers ; Consulting pour Glassnote & Mtheory) – puis à Soundcharts.

Soundcharts part d’un besoin, et d’une envie : disposer d’un outil plus pertinent pour son travail, et l’envie de rompre avec les habitudes pour devenir un « faiseur », à l’export comme à l’import. « Aujourd’hui je bosse les artistes simultanément en France et à l’international. Notre but c’est de créer cet outil de travail au quotidien pour administrer les campagnes, avoir une vraie vision de marché ». En juillet 2014, avec Alexandre Biche, qui occupe depuis le poste directeur technique, ils développent une première version : « on traquait iTunes et Spotify toutes les heures, et une dizaine de charts dans 5 pays ». Ils sont vite rejoints par Rodolphe Dardalhon et Yvan Taïeb de Roy Music, et par Stéphane Cherqui, Emmanuel Emile-Zola-Place et Philippe Allaeys, avocats spécialisés du cabinet Twelve. « 5 associés forts dans le music business, qui sont aussi tous des potes et des gens allumés, avec les bonnes compétences… », résume David. En janvier 2015, la société est lancée et une équipe constituée. En juin de la même année, une version beta optimisée et opérationnelle est présentée au Midem, pour des tests grandeur nature. Soundcharts est bien accueilli, et après un an de démo privées et de bouche à oreilles, passe de 700 à 5682 utilisateurs au dernier pointage. David admet : « si on lève 320 000 € alors qu’on n’a pas généré un seul revenu, c’est parce que nos investisseurs savent que la demande pour notre service B2B est forte ».


Base de données, metrics et analyse du marché musical


Le projet Soundcharts aura donc mûri pendant 2 ans, permettant ainsi de connaître précisément les besoins des professionnels de la musique, mais aussi d’étoffer l’ambition technique du projet : « la gestion de base de données est devenue l’une de nos forces », se félicite David.

#charts À ce jour, Soundcharts agrège les charts de 80 pays en se connectent aux API des plateformes en ligne (Ventes de titres avec les classements d’iTunes -titre/album-, Amazon, BandCamp, Shazam/Shazam Week notamment. Le streaming avec Youtube, Spotify et son classement viral, Deezer, Tidal, Apple, ou Hype Machine, Fnac…). « Nous voulons toutes les sources, quel que soit le classement, quel que soit le pays. Dès qu’une plateforme a plus de 2 ou 3% de part de marché, on l’ajoute en intégralité, qu’il s’agisse de musique pour enfant, de gospel ou du No Remix de Hype Machine. Beaucoup de gens dans l’industrie comptent sur nous pour les charts, c’est le cœur de notre outil ».

#airplays Grâce à leur outil, Soundcharts traque plus de 300 radios en temps réel et donne accès aux airplays de plus de 10 pays (« 80 % de nos bases est occupée par les données radios »).

#social Soundcharts mesure et affiche la popularité des artistes sur les principaux réseaux sociaux (Facebook, Youtube, Twitter, Instagram) dans chaque pays. Et les startupers ont même ajouté le lien des pages Wikipedia et Soundcloud pour enrichir le profil des artistes.

#playlists L’ajout des playlists a démarré suite à l’interconnexion avec Spotify et Deezer. « On a un deal écrit avec Spotify ». Des metrics spécifiques renseignent sur l’entrée d’un titre en playlists, leurs auteurs et les nombres d’abonnés. Plus d’1 million de playlists sont suivies en temps réel, des influenceurs tels que Konbini, Pitchfork, France Culture ou encore Le Petit Journal, aux services spécialisés des majors comme Digster ou Filtr.

Autant de paramètres de découverte et de consommation de musique dont dispose l’utilisateur de Soundcharts pour établir sa stratégie : « quelle est la portée d’un article parmi ceux qui ont été publiés ? Quelle est la position de l’artiste 5 minutes avant et 1 demi-heure après une promo, ce sont des questions auxquelles on apporte enfin des réponses ». En développement depuis juillet dernier pour mettre l’accent sur le « front » (interface utilisateur), la V3 est une appli full web fonctionnant aussi nativement sur iOs et Android. « La nouvelle version devrait nous faire doubler le taux d’engagement. En desktop, c’est juste une tuerie », s’enthousiasme David.

Les fondateurs de Soundcharts propose des charts globales et des tableaux de bord spécifiques. « On construit un outil d’analyse de marché au-delà d’un « artist case ». Bientôt, on pourra par exemple avoir la part de musique francophone en Allemagne ou la part de musique électronique non francophone en France », détaille David. La startup a commencé à compiler l’ensemble des données depuis 1 an et demi et compte bien continuer.


Un dashboard de rêve pour suivre ses artistes


« On est vraiment une boite de data avec un front qui se rapproche d’une vision produit ». Soudcharts propose une offre d’entrée à 49 €/mois. Tableau de bord modulable, contenus et fréquences des reports paramétrables, alertes conditionnées pour rester informer sans se surcharger, les frustrations ont laissé place aux rêves et aux concrétisations. Les associés se sont fait plaisir en créant de nombreuses fonctionnalités. Les graphes peuvent être lus en valeur et en évolution, normalisés avec un indice, un historique de position permet de suivre les produits depuis leur sortie, des zooms permettent de moduler les périodes, courbes et tableaux comparatifs entre artistes… « On propose un benchmark complet entre artistes. Quand tu penses que tu as le nouveau Stromae, et bien tu le sélectionnes et tu regardes si l’évolution est similaire, les défauts, les points avancés et ceux qu’il reste à réaliser ».

Et si Soundcharts permet de suivre ses artistes, il peut aussi permettre de faire des découvertes. « Grâce au paramétrage de filtres sur la base de données, on va pouvoir repérer le petit artiste qui monte alors qu’il est encore invisible dans les charts ». En définitive, Soundcharts vient combler un manque important pour tous les professionnels de la musique (producteurs, managers, éditeurs, tourneurs, programmateurs, etc.) mais aussi tous ceux qui ont besoin de disposer d’informations factuelles, fiables et à jour au moment de chaque prise de décision. Soundcharts est sur les rails, et recrute, pour doubler son effectif. David sera présent au Midem, mais si vous ne parvenez pas à vous insérer dans son planning déjà full, vous pouvez découvrir Soundcharts en vidéo.


Fabrice Jallet (sur Twitter avec un F)