Sur quelles bases négocier un contrat d’artiste ?

Version imprimable de cet article Version imprimable  

Publié le vendredi 21 avril 2017

Musique enregistrée

L’avocat Jean-Marie Guilloux revient en détail sur cet accord entre interprète et producteur phonographique dans le guide La Négociation du contrat d’artiste qui vient de paraître en coédition IRMA / ADAMI.

Cet ouvrage aborde de manière exhaustive et pratique ce type de contrat d’enregistrement. Prioritairement destiné aux artistes et aux maisons de disques, il éclaire des sujets complexes où s’entremêlent droit des contrats, droit du travail et droit de la propriété intellectuelle, mais également pratiques professionnelles et décisions judiciaires.

À la lumière des dernières jurisprudence et des récents changements législatifs, son auteur, Jean-Marie Guilloux, avocat au barreau de Paris et spécialiste du secteur, y analyse, article par article, les conséquences juridiques et économiques de chaque clause du contrat d’artiste.


« Je suis allé rechercher les spécificités de tous les contrats d’artiste qui existent aujourd’hui sur la place de Paris. Le contrat d’artiste qui se trouve dans ce livre n’est donc pas le contrat de telle ou telle maison de disques, mais celui de toutes les maisons de disques ! », J.-M. Guilloux.


Ce guide s’adresse aux artistes et aux producteurs, mais également à tous les acteurs de la filière musicale qui souhaitent professionnaliser leur pratique et mieux travailler ensemble, gagner en pouvoir de négociation et établir un contrat équitable.