Veille d’actualités - Semaine 37

Curation

Cette semaine : congrès SMA, taxe Youtube, Prix des Indés, salles de concerts en crise, artistes vs Spotify, l’internationalisation de Deezer, Warner rachète Songkick, Fédelima et maison commune, etc.

Chaque semaine, l’IRMA vous propose une sélection d’informations sur le secteur musical. Cette sélection est issue de la veille d’actualités relayée sur nos réseaux sociaux :



Congrès 2017 du SMA : une forte mobilisation des adhérents pour une rentrée militante

Le Syndicat des Musiques Actuelles (SMA) a réuni ses adhérents en congrès les 12 & 13 septembre à La Rodia à Besançon. Ce congrès a aussi été l’occasion d’aborder et de prendre des positions collectives quant aux problématiques d’actualité de l’écosystème des musiques actuelles.


Les taxes YouTube et Netflix vont être appliquées

Les plates-formes vidéos payantes, de type Netflix, et gratuites, comme YouTube, vont bientôt être obligées de participer au financement de la création en France. Bruxelles a examiné la question durant l’été et il a été conclu que les deux taxes pouvaient être appliquées.


Deezer se cherche une place sur le marché mondiale du streaming

De l’évangile brésilien au reggaeton portoricain et au hip-hop néerlandais, Deezer fait le globe-trotteur pour trouver des marchés et se développer.



Prix des Indés : les nominations

Avant la cérémonie de remise du Prix des Indés qui aura lieu le 16 octobre à Paris, la SPPF a dévoilé la liste des artistes et des labels nominés. De nouvelles catégories font leur apparition.



USA : des centaines de musiciens et auteurs de chansons s’attaquent à Spotify

La semaine dernière, les principaux éditeurs de musique ont promis une guerre contre Spotify. Cette semaine, plus d’une centaine de musiciens et compositeurs ont exigé que Spotify paie sa part équitable des redevances d’édition.


Les salles de musiques actuelles en plein naufrage

Dans les Yvelines, le rythme du démantèlement des structures de musique actuelles s’accélère. Alors que le CAC George Brassens de Mantes-la-Jolie est déjà condamné, c’est tout un tissu associatif qui se meurt. Etat des lieux d’un phénomène qui, en vérité, est national.



En bref :